08 birman

Nous ne regrettons pas d’avoir été à Lumbini car nous aurions regretté de ne pas y être allé. Lumbini - ou plus exactement Rummindei - est une ville à la frontière népalo-indienne, point de passage de bus, camions et de tout ce qui roule. La ville n’a aucun intérêt touristique ou du moins, en l’ayant traversée nous n’avons eu aucune envie d’en chercher.

Mais Lumbini c’est aussi le lieu de naissance du Bouddha comme le revendiquent avec fierté tous les népalais, et de ce fait un lieu de pèlerinage et une concentration impressionnante de temples et monastères tous regroupés dans une enceinte de plusieurs kilomètres de long.

Il y a donc quelque chose à voir à Rummindei, c’est Lumbini !

Partant de Pokhara nous étions à 160 km de Lumbini, soit 6 à 8 heures de bus. C’est long, très long, car la route passe plusieurs cols et n’est qu’un assemblages de trous et de virages. Impossible de lire et nous avons même eu parfois du mal à nous tenir assis tant nous étions secoués. Et c’est rompus de fatigue qui nous sommes arrivés à destination où nous devions rester trois nuits avant de faire la route en sens inverse.

L’hôtel que nous avions réservé était par bonheur situé près de l’arrêt de bus et face à l’entrée principale du site. Correct quoiqu’un peu cher, et si on excepte le bruit à l’intérieur (merci les groupes de touristes qui arrivent à 23 h et partent à 6 h) et à l’extérieur (la conduite se fait au klaxon ici, comme en Inde), nous étions heureux d’avoir un lit confortable et une douche chaude.

Nous avons donc récupéré un minimum (merci Mr Quies) et c’est presque frais que sommes partis à la découverte de ce haut lieu du bouddhisme. Il y a deux parties sur le site de Lumbini. La première, historique, c’est Mayadevi (lieu de naissance de Bouddha) et les temples qui sont autour.

08 tibetain

C’est cette première partie qui nous a semblé la plus authentique. On y croise des pèlerins, des moines et peu de touristes, le tout dans une atmosphère de (relatif) recueillement. Mayadevi est essentiellement un bâtiment protégeant des ruines datant du 3ème siècle avant notre ère et des archéologues ont découvert des traces d’occupation datant de -500 soit la période des premières communautés bouddhistes. Dans le jardin un grand banyan est couvert de drapeaux de prière et entouré de moines et ascètes en prière. L’accès au site de Mayadevi est payant.

08 mayadevi

L’autre partie du site de Lumbini est gratuite et ... déroutante. Partout des panneaux demandent de respecter le silence et le recueillement. Tout autour, des centaines de personnes en mode Disneyland visitent une multitude de temples et monastères.

 

Des groupes d’écoliers, des pèlerins, des touristes, des moines, de toutes nationalités se pressent aux entrées des temples, se déchaussent et s’égayent partout dans une cacophonie de rires et de cris. Des groupes posent pour la photo, d’autres font des selfies, des enfants courent autour des moulins à prières géants, et des gardiens dépités s’époumonent dans leur sifflet et tentent de ramener un peu d’ordre dans la volière. Bouteilles, sachets plastiques et emballages jonchent le sol.

Cette partie de Lumbini est en construction permanente depuis 30 ans. Chaque pays ou association bouddhiste du monde peut y construire son stupa, son temple ou son monastère et l’ouvrir aux pèlerins. On y trouve donc tous les styles de temples et de pagodes et nous avons eu la chance de pouvoir pénétrer sur le chantier de construction du temple cambodgien. Le gros œuvre est terminé et les ouvriers travaillent maintenant à la décoration et la peinture du temple.

08 cambodgien

Les dragons, statues, escaliers ou rambardes sont moulés sur place, séchés au soleil, assemblés puis peints et décorés. Les ouvriers cambodgiens vivent là avec leur famille et le chantier se trouve au milieu du linge qui sèche, des enfants qui jouent et de la cantine en plein air. Une partie du temple est en ciment brut, l’autre est décorée de peintures flamboyantes. Il n’y a aucun bruit de moteur mais le choc des marteaux et autres outils à main. C’était assez fascinant pour nous de vivre la naissance de sculptures en direct. Nous avons eu l’impression de nous retrouver au temps des cathédrales où l’on bâtissait pierre après pierre. Le ciment a certes remplacé la pierre, mais ces artisans nous ont montré le même amour du travail bien fait, posément sans soucis d’être efficace ou rentable.

08 monastere

Le site de Lumbini fait quasiment 5 km de long sur plus d’un km de large. Il est séparé en deux par un canal sur lequel naviguent des bateaux-taxi permettant d’atteindre le nord du site ou simplement de se balader. De chaque côté du canal se trouvent des accès aux temples, regroupés en îlots avec en général une pièce d’eau au centre. Nous y avons fait de belles promenades et tenté d’éviter les groupes piaillants en recherchant des endroits moins fréquentés, heureusement fréquents grâce à la taille du site.

Une journée pour venir, deux jours sur place, et une journée pour repartir. 9 heures de secousses plus loin nous étions de retour à Pokhara pour encore quelques jours de vacance près du lac avant de rejoindre Katmandou.

Commentaires   

Je viens de lire votre périple et séjour à Lambuni que je n'ai pas pu visiter suite à une erreur de l'agence au niveau du visa. Quelle chance d'avoir pu vous rendre sur le lieu de naissance de Bouddha. Je pense que lorsque vous rentrerez en France, vous aurez plein de souvenirs.
Bonne poursuite de votre voyage et profitez en bien.
Bien amicalement.
Jean-Claude
Répondre Répondre en citant

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir