Nagarkot

Nagarkot est situé à l'est de Katmandou, à environ 15 km de Bhaktapur. On peut s'y rendre en bus à partir de Bhaktapur ou en taxi. La route est défoncée et le trajet prend une heure environ (oui, nous sommes toujours au Népal).

Le village en lui-même n'a pas vraiment d'intérêt, en revanche les alentours sont splendides. De là-haut (2000 m d'altitude environ) on peut apercevoir les sommets du Langtang et en particulier le Dorje Lhakpa qui culmine vers 7000 m au dessus de la brume.

Sommets du Langtang

A Nagarkot on trouve une multitude d'hôtels. C'est le point de rendez-vous de la jeunesse dorée de Katmandou le week-end. Il faut le savoir, ou amener ses bouchons d'oreille. Le reste du temps, et surtout en cette saison, c'est tranquille. Les températures tombent à 3° la nuit et monte difficilement vers 15° le jour. Comme peu de bâtiments sont chauffé au Népal, on profite du soleil le jour et on dort souvent avec bonnet, polaire et chaussettes.

Nagarkot est aussi un point de passage du trek de la vallée de Katmandou dont nous feront une partie dans la semaine. Il y a aussi quelques chemins qui permettent de randonner quelques heures aux alentours.

Et c'est au cours d'une de ces balades que nous avons rencontré Prem, en pleine préparation de la fête durant laquelle, le lendemain, son fils de dix ans aura la tête rasée comme le veut la tradition. C'est l'occasion d'une grande célébration où sont conviés une centaine de personnes. Il nous y invite. Ce sera l'occasion pour nous d'assister à une fête traditionnelle Tamang, dans un décor naturel superbe, au milieu des villageois accueillants et sur leur 31.

Tenues traditionnelles Tamang

Nagarkot - Dhulikhel

Après quatre jours à Nagarkot, Pushkar vient nous rejoindre. Il nous accompagnera sur le trek qui doit nous mener à Panauti, via Dhulikhel et Namobuddha. Il est tout à fait possible de faire ce parcours sans guide car on croise souvent des villageois qui peuvent renseigner sur le chemin à suivre. Mais Pushkar vient avec son expérience, son carnet d'adresses, sa connaissance des bons plans et des raccourcis. En plus il parle un excellent français et a beaucoup d'humour. Que du bon !

Pushkar notre guideNotre première étape nous a amené à Dhulikhel en 6 heures de marche. Une vingtaine de kilomètres, quelques belles montées mais nous sommes globalement redescendus vers 1500 m d'altitude. Mélanie a tenu le choc mais nous étions néanmoins bien contents d'arriver à la guest-house.

Sur le chemin, peu après le départ, nous avons croisé Jens un danois qui cherchait un chemin pour une rando d'une journée. Après quelques hésitations il s'est finalement joint à nous jusque Dhulikhel. Le chemin est varié et traverse des forêts ou longe des cultures en terrasse. La météo était parfaite, ensoleillée mais assez fraiche.

Cultures en terrasse

Dhulikhel - Namobuddha

Nous avons été réveillé durant la nuit par des bourasques de vent très fortes. Le matin le joli ciel bleu avait disparu et était remplacé par une pluie battante. La première vraie pluie depuis notre arrivée au Népal. En début d'après-midi le soleil a enfin commencé à percer, donnant des ciels magnifiques, et nous permettant d'envisager la poursuite du chemin vers Namobuddha.

Nuages et soleil Le trajet jusque Namobuddha se fait là encore au milieu des cultures dont la pluie a ravivé les couleurs. On croise parfois quelques habitations et quelques petits stupas où sont accrochés les traditionnels drapeaux de prière.

Chorten sur le chemin de NamobuddhaNamobuddha est un grand monastère perché sur une colline. Il accueille 350 moines dont une centaine d'enfants et d'adolescents en formation. Il est possible de loger un peu à l'écart du monastère dans deux guest-houses gérées par les moines. Pour 1400 roupies (11,50 € environ) par nuit et par personne nous avons une chambre pour trois, le diner et le petit déjeuner à prendre avec les jeunes moines.

Le monastère de NamobuddhaA 6h et 15h30 ont lieu les pujas (les offices, auxquels peuvent assister les visiteurs), et à 7h et 18h les repas. Un seul plat, le soir un curry de légumes accompagné d'une soupe, et le matin un thé au beurre de yak (ce n'est pas une légende, ce n'est vraiment pas bon !), une boule de pain cuite à l'étuve et un curry de légume. Le début du repas est annoncé par une clochette suivie par la récitation de mantras. Les repas sont rapides (moins d'un quart d'heure), ce sont les novices qui font le service.

Novices à NamobuddhaNous sommes restés deux jours dans la quiétude du monastère puis nous avons repris notre route vers Panauti.

Namobuddha - Panauti

La route de Namobuddha à Panauti traverse successivement des paysages de cultures en terrasse, des orangeraies, quelques villages Newar et, en approchant Panauti, des zones où sont moulées et séchées des briques avant d'être transportées à la briquetterie pour leur cuisson.

Fabrique de briquesPanauti est un ancien royaume Newar et on y trouve un magnifique ensemble de temples Hindous vieux de plusieurs siècles ainsi qu'un musée des arts et traditions très intéressant.

Musée de Panauti

Nous avons beaucoup apprécié ce petit trek sans grande difficulté si on excepte la longueur de la première étape. Nous aurons parcouru en tout un quarantaine de kilomètres, traversé des zones agricoles où le travail s'effectue toujours à la main, des villages Newar, un monastère bouddhiste, vu des paysages époustouflants et terminé par un inoubliable voyage en bus local.

Nous avons également rencontré Jens et Nathalie ainsi que Pushkar que nous retrouverons à la fin de notre voyage pour un trek dans la région des Annapurnas.

Commentaires   

Bravo ! et bon courage pour la suite .....
La météo nous annonce le retour du froid et peut-être de la neige à Saint Racho.
Cordialement.
Répondre Répondre en citant
Merci Maurice !
Nous vous envoyons un peu de chaleur par blog interposé.
Au plaisir !
Répondre Répondre en citant

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir